Actualités

Atelier d’écriture à la maison de Chateaubriand

« Du réel à la fiction »

Ateliers conçus et animés par Jacques-François Piquet, écrivain

6e édition du « Projet Chateaubriand », cycle d’ateliers d’écriture suivis, conçus et animés par un auteur contemporain et dont l’objectif est d’écrire un texte finalisé qui sera publié par la maison de Chateaubriand.

Comment transformer le réel pour en faire une fiction, parler sans le dire de sa propre vie dans une histoire en partie inventée, créer des personnages qui se feront médiateurs entre soi et le lecteur ? Dans la littérature, comment concilier vérité et fiction ? Quelle part entre la réalité et l’imagination ?

« Dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand, explique Jacques-François Piquet, m’avait précisément fasciné l’emprise de l’imaginaire sur le réel, parfois, semble-t-il, au corps défendant de l’auteur qui se dit soucieux de la vérité et voudrait nous faire accroire que la littérature peut s’en accommoder. Or, rien n’est moins vrai, la littérature induit une transformation du réel, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une entreprise autobiographique, où l’auteur est amené à se réinventer. “Dès qu’on écrit sur soi, le choix des mots, c’est déjà de la fiction”, affirme Annie Ernaux. Ce choix des mots, cet impérieux besoin de “faire” de la littérature amène à réfléchir sur la notion de “posture”. Celle de Chateaubriand se résume en un mot : romantique – avec tout ce que ce mot implique de mélancolie, de misanthropie, d’incompréhension de la part des autres, de déception voire de dégoût pour la vie et l’état du monde. Sans talent, ce n’eût été qu’une posture ; avec, ce fut l’édification de l’une des plus belles œuvres de la littérature française. »

Ce cycle d’ateliers d’écriture propose d’interroger ces notions de « transformation du réel », d’« invention de soi » et de « posture ».

Abordées à travers des thématiques variées (rituel d’enfance, lettre à un alter ego imaginaire, autobiographie et mentir-vrai, écriture et photographie, hasards de la vie et retrouvailles, villes et souvenirs…) et illustrées d’extraits choisis dans la littérature (Chateaubriand, Jean-Jacques Rousseau, Alain Kewes, Abdellatif Laâbi, Louis Aragon, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Patrick Modiano, Guillaume Apollinaire, Jacques-François Piquet…), ces notions donneront matière à l’écriture d’une suite de fragments formant un tout narratif cohérent.

Dernier livre paru : Une photo existe

Couverture du livre "Une photo existe" par JF Piquet

de Jacques-François Piquet

« J’ai voulu dire en quelques feuillets la vie de ces hommes et femmes qui m’ont fait, me constituent, auprès de qui j’ai appris, me suis nourri, que j’ai aimés et parfois réinventés faute de les avoir mieux connus. Pour chacun·e une photo existe qui l’ancre en un lieu et un moment donnés : c’est presque toujours moi qui l’ai prise. »

Editions Rhubarbe 203 pages, 15,00 euros / Couverture : Sabine Stellittano

« Mon corps est fait du bruit des autres », rarement la formule d’Antoine Vitez aura été si appropriée pour décrire un projet littéraire. Ces dix et une Vies, tantôt bourdon sourd tantôt éclat de cuivres, composent le portrait en creux de celui qui les raconte. Mais on n’oubliera pas que la vie écrite n’est pas la vie même, que la part d’invention, de faux-semblants, est essentielle à la vérité littéraire.

Cf. notes et critiques page Bibliographie