Retour à l'accueil
Claire Monestier
Claire Monestier
Claire Monestier est musicienne et travaille dans plusieurs conservatoires où elle initie les plus jeunes à la musique et monte avec eux des spectacles de découvertes. Après une formation au piano, elle s’est tournée vers le violon dont elle joue dans le répertoire classique, mais également au sein de groupes de musiques traditionnelles, notamment des pays balkans. Depuis une vingtaine d’années, elle travaille à faire connaître et développer les structures sonores de l’instrumentarium créé par les deux frères Baschett.

Pour en savoir plus à ce sujet,
consulter le site www.baschet.org.

*
Avec Claire Monestier, nous avons présenté une lecture spectacle autour de Noms de Nantes, à deux voix avec une musique spécialement composée au violon. C’était en 2004-2006. Plus récemment, nous avons lu ensemble trois scènes tirées de ma pièce Cité Funambule avec un accompagnement sur trois structures sonores de l’instrumentarium Baschet (le petit cristal, les cordes et le sifflant). L’utilisation de ces instruments aux résonances étranges nous a paru parfaitement convenir pour ces textes qui s’attachent à dire ce que peut être la maladie mentale « vécue de l’intérieur ». À notre plus grand regret, nous ne disposons pas aujourd’hui d’enregistrements exploitables de ces lectures que nous avons pourtant données dans une quinzaine de lieux.

Claire Monestier, Jeacques-François Piquet
Claire Monestier

« Car je marche dans un tunnel, voyez-vous…depuis longtemps je marche dans un tunnel… au début, j’avais quinze ans… Ooohéééé… Vous entendez l’écho ? Comme si une autre en moi s’exprimait… et tout mon corps en résonne à la manière d’une caisse vide… bon qu’à ça, peut-être, mon corps… ooohéééé… y’a quelqu’un ? Non, y’a pas quelqu’un… y’a personne… Pourtant ils sont là, je les sens, je les vois… derrière ces sortes de hublots qui jalonnent mon tunnel… je les vois évoluer… père et mère funambules, droits sur leur fil bien tendu… mais aussi les autres… camarades de classe… voisins… inconnus… comme vous… ooohéééé… »

Extrait de Cité Funambule, Acte III, Marie de Bételgeuse.


*