Retour à l'accueil

Chantal Danjou

Chantal Danjou
Auteur d’une vingtaine de titres, Chantal Danjou est poète, nouvelliste et critique littéraire. Par ailleurs membre du conseil de rédaction des Éditions Encres Vives, elle vit et travaille aujourd’hui dans le Var après avoir longtemps séjourné à Paris. Docteur ès lettres, professeur durant de nombreuses années, elle intervient désormais dans des instituts universitaires de formation d’enseignants sur des projets en lien avec la lecture et l’expérience poétiques. Elle anime aussi des ateliers d’écriture et, depuis 1989, elle contribue à faire connaître la poésie contemporaine avec l’association La Roue Traversière dont elle est co-fondatrice.

Ses dernières parutions sont : La mer intérieure, entre les îles, aux éditions Mémoire Vivante ; Femme qui tend la torche, aux mêmes éditions ; Formes – Récits du feu, avec le plasticien Henri Yéru, dans la collection des Cahiers du Museur ; L’Oreille coupée, aux éditions Encres Vives.
Pour plus de détails sur la bibliographie et les interventions de Chantal Danjou, voir sa page de présentation sur le site de la Maison des Écrivains et de la Littérature : www.m-e-l.fr.

*
Chantal Danjou
C’est dans le cadre associatif de La Roue Traversière que Chantal Danjou m’a d’abord proposé un espace de parole autour de mon recueil Fenêtres. Par la suite, lors de formations, nous avons collaboré sur un projet questionnant la lecture et l’écriture poétiques.
« Il s’agissait de confronter le travail de l’écrivain et celui de l’enseignant, explique Chantal, et de réfléchir sur le rôle de l’auteur invité dans le cadre scolaire. Une telle réflexion a pu être menée complicément dans un partenariat sensible et intellectuel. Conduire un atelier, c’est avant tout amener la personne, quelle que soit sa profession, quel que soit son âge, à habiter son espace, son lieu, son temps, à s’étonner ; c’est l’interroger et la faire s’interroger. »

*
Deux extraits de Femme qui tend la torche
Éditions Mémoire Vivante, juin 2014


I
à commencer le texte fait état de ce qui meurt
et meurt ne disant jamais plus
n’en voulions rien savoir
comme si passer d’une langue à l’autre
d’une rue à la suivante
portes sans cesse vernissées
rendait fou l’espoir

II
mais la lune…
tendant sa torche de douanière
intercepte les mondes d’en haut
d’en bas soulève les paupières fermées
reconnaît le plus mort (ou la plus morte) plus aimé(e) plus doré(e)
et bruissant(e) et lune tendant sa torche efface les signes
du commencement et de la fin y compris de son propre commencement
ce demi-visage ce demi-regard cette bouche tordue
cette parcelle du Comté de Joyce
cet entrebâillement d’ajoncs de roseaux
où l’on voit à présent que tout vogue rampe affleure


*